“Lo cap dins las estelas” : la tête dans les étoiles n’empêche pas d’avoir aussi les pieds sur terre.

C’est la raison pour laquelle nous nous penchons, collectivement, sur les dépenses générées par les points lumineux du réseau électrique de notre commune.

Questionnaire pollution lumineuse

 

Combien de réverbères (ou autres lampadaires) restent inutilement allumés le soir et la nuit ?

Dès 2018, 564 villes ont fait le choix de réduire leur pollution lumineuse, pour des raisons d’économies substantielles, mais aussi, pour respecter les organismes vivants qui nécessitent l’obscurité pour leur bien-être. Dans notre région, Encausse les thermes, Burgalays, Tournay, Foix, Samatan, L’Isle-Jourdain, Colomiers, ont fait ce choix. En fait 18 communes de Haute Garonne, 24 des Hautes Pyrénées, et 59 du Lot qui ont jugé raisonnable de lutter contre la pollution lumineuse.

Un label existe qui reconnait cet engagement : « Villes et Villages étoilés »

Le sommeil de nos concitoyens, ainsi que le repos des animaux nocturnes (dont les insectes), nécessitent un contrôle des flux lumineux, au même titre que l’observation du ciel. Tout concourt à prendre cette question au sérieux, tant pour la santé publique que la biodiversité et l’économie des dépenses publiques….

Quel serait l’impact positif sur le budget de la commune, si un arrêt de l’éclairage public nocturne à des heures choisies était mis en place à Montréjeau ?

Combien de tapages nocturnes s’épargneraient les riverains des places publiques ? Combien d’insomniaques seraient en meilleure forme le matin ?

Nous lançons ici une consultation citoyenne qui contribuera à nous éclairer sur le sujet

(réponses collectées anonymement, via le site partenaire “Dragnsurvey”) :

Cliquez ici pour répondre au questionnaire

 

Photo de Montréjeau la nuit

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire